Nos bureaux et partenaires dans le monde

Swiss Focus Performing Arts

Rétrospective «ImPulsTanz – Vienna International Dance Festival»

ATLAS – un programme d’ateliers et de recherche

Pour l’édition 2021, la Fondation a sélectionné les jeunes chorégraphes Clara Delorme et Ivy Monteiro. Le programme propose un cadre dynamique aux artistes recueillant leurs premières expériences chorégraphiques dans le but d’encourager leur développement artistique.

En savoir plus sur ATLAS

Dans le cadre de son temps fort suisse et en coopération avec Pro Helvetia, «ImPulsTanz – Vienna International Dance Festival» a programmé 14 productions de danse suisses qui mettent en lumière l’activité chorégraphique contemporaine suisse dans toute sa diversité. Nous présentons trois groupes et deux participants de l’atelier et du programme de recherche ATLAS dans la vidéo ci-dessous.

 

PRICE, alias Mathias Ringgenberg, est né à Rio de Janeiro; aujourd’hui, il vit et travaille à Zurich. Dans sa performance Melodies are so far my best friend, une table de 11-15 mètre placée au milieu de l’espace s’enfonce dans la tribune. Quatre grands costumes-rideaux fabriqués à partir de différents textiles s’y étalent, tandis que le performeur PRICE prend possession de l’espace physique et acoustique par le biais d’actions théâtrales, de mouvements et de sa voix. Cecile Believe (productrice/chanteuse) et Sebastian Hirsig (pianiste) sont présents sur scène et contribuent au paysage sonore. Le public est assis à la même table que les artistes.

La jeune chorégraphe genevoise Ruth Childs a présenté trois pièces de sa tante Lucinda Childs datant du New York des années 60, ainsi que son propre solo intitulé fantasia. En outre, elle a dansé dans la représentation No Paraderan de Marco Berettini. Dans fantasia, Childs s’appuie sur sa recherche chorégraphique en musique pour canaliser les souvenirs ancrés dans son corps. Puisant dans son amour de la musique classique, elle éveille des mouvements gravés dans sa mémoire. Avec humour, légèreté et différentes dynamiques, fantasia se déploie sur des airs de Beethoven, Tchaïkovski ou Dvořák.

fiebre explore «les relations des danseuses à travers l’intimité, la sexualité et l’érotisme, révélant de nouvelles modalités transformatives d’une relation» : c’est ainsi que le jury résuma la pièce lors de la remise du Young Choreographers’ Award aux artistes. Tamara Alegre (CI/CH), Lydia Östberg Diakité (NO/SE), Nunu Flashdem (UK/CH), Marie Ursin (NO) et Célia Lutangu (BE/CH) ont accepté la distinction lors du dernier week-end du festival au MuTh de Vienne. fiebre s’efforce de créer un espace féminin intime avec de nouvelles formes communautaires, donnant lieu à une source d’émancipation/dynamisation où désir et dégoût peuvent coexister librement.