Nos bureaux et partenaires dans le monde

Histoire

Bibliographie

Ursula Amrein: «Los von Berlin!» Die Literatur- und Theaterpolitik der Schweiz und das Dritte Reich. Chronos, Zürich 2004.

Claude Hauser/Bruno Seger/Jakob Tanner et al.: Entre culture et politique. Pro Helvetia de 1939 à 2009. Pro Helvetia/Editions Neue Zürcher Zeitung/Editions Slatkine, Genève 2010.

Thomas Kadelbach: «Swiss Made». Pro Helvetia et l’image de la Suisse à l’étranger (1945-1990). Editions Alphil, Neuchâtel 2013.

Georg Kreis: Vorgeschichten zur Gegenwart. Ausgewählte Aufsätze, Band 2. Schwabe, Basel 2004.

Pauline Milani: Le diplomate et l’artiste. Construction d‘une politique culturelle Suisse à l’étranger (1938-1985). Editions Alphil, Neuchâtel 2013.

http://www.spiegelderwelt.ch

Pro Helvetia marque la politique culturelle suisse de son empreinte depuis 1939. Initiée par le Conseil fédéral à la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle est d’abord un groupe de travail pour la «défense spirituelle» contre l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. Elle intègre ses premiers deux bureaux d’Hirschengraben à Zurich en 1940.

En 1949, Pro Helvetia est transformée en une fondation de droit public. Son mandat consiste à préserver et à défendre la culture suisse, à la diffuser à l’étranger et à la promouvoir au sein du pays. En 1965, ses tâches et son organisation sont ancrées dans la loi, les activités internationales de la fondation ne cessant de gagner en importance.

Vers le milieu des années 1980, Pro Helvetia commence à s’exporter à l’étranger. Ainsi, en 1985, elle ouvre sa première antenne hors des frontières nationales, le Centre culture suisse de Paris, puis en 1988 un bureau de liaison au Caire. Par la suite, la Fondation étend son réseau de bureaux de liaison et d’institutions dans le monde entier.

Dès sa création, Pro Helvetia adapte ses tâches et son organisation aux changements et besoins sociaux et culturels. Ainsi, en 2009, à l’occasion de ses 70 ans d’existence, l’historienne Rahel Bühler écrit: «La critique a souvent été un moteur de changement, elle a poussé Pro Helvetia à adapter à une situation nouvelle son organisation, sa communication et les moyens qu’elle y consacre».

En 2012, la Loi sur l’encouragement de la culture entre en vigueur. Le Conseil de fondation est ramené de 25 à 9 membres. Pour la première fois, les pouvoirs stratégique et opérationnel sont clairement répartis entre le Conseil de fondation et le Secrétariat. Autre nouveauté, le «Message pluriannuel sur le financement des activités culturelles de la Confédération» (Message culture) définit et fixe les moyens financiers alloués à la Fondation.


Chronologie

Hirschengraben 22, Zurich, 1908
Hirschengraben 22, Zurich, 1908 © Baugeschichtliches Archiv (Ville de Zurich)

Fin du XIXe siècle

Premières institutions culturelles de la Confédération
En 1888 est créée la Commission fédérale d’art. Le Musée national suisse voit le jour en 1890, la Bibliothèque nationale suisse en 1894.

1933

Défense spirituelle
Face à la menace fasciste que font peser les pays voisins sur la Suisse, des parlementaires, des intellectuels et des journalistes s’unissent, indépendamment de leur appartenance politique, pour exiger que soit renforcée la «défense spirituelle» du pays.

1935

Motion au Conseil fédéral
19 juin: le conseiller national bâlois Fritz Hauser dépose une motion où il somme le Conseil fédéral de protéger l’identité suisse après la prise du pouvoir par Hitler et Mussolini. Une semaine plus tard, la Société suisse des écrivains (SSV) revient à la charge.

1938

Message de politique culturelle
12 novembre: La Nouvelle société helvétique (NSH) intervient dans la discussion et présente le projet d’une «Fondation helvétique». 9 décembre: Le Conseil fédéral publie un message sur la politique culturelle «concernant les moyens de maintenir et de faire connaître le patrimoine spirituel de la Confédération» ; il y propose la création d’une fondation culturelle subventionnée par la Confédération.

1939

Création de Pro Helvetia
5 avril: le projet de fondation culturelle est approuvé par arrêté fédéral, quelques mois avant le début de la guerre.
20 octobre: projetée comme une fondation de droit privé, Pro Helvetia, face aux menaces de guerre, est d’abord instituée en Communauté de travail de droit public. Son premier président est l’ancien conseiller fédéral Heinrich Häberlin; Karl Naef en assure la direction pour les 19 années suivantes: secrétaire de la Société suisse des écrivains, il avait fortement influencé la discussion sur la politique culturelle fédérale. Le but de cette Communauté de travail est de préserver l’indépendance spirituelle de la culture suisse face à la menace de l’Allemagne national-socialiste et de sa propagande fasciste.

1940

Haus PH Zürich_0004Hirschengraben 22
En avril, Pro Helvetia s’installe au Hirschengraben 22, à Zurich. Dès le début, la Communauté travaille de façon subsidiaire aux cantons et aux communes et sur la base de requêtes. Dans les premières années, le budget accordé (CHF 500 000) est partagé entre deux groupes: la première moitié se voit allouée au groupe «Peuple», l’autre au groupe «Armée» (plus connu sous le nom «Armée et Foyer»).

1945

Nouvelles tâches
21 mars: Pro Helvetia se voit confier de nouvelles tâches, qui mettent l’accent sur les échanges, le dialogue et les activités à l’étranger.
La guerre finie, l’objectif est maintenant de «faire sortir le pays du réduit spirituel et culturel».

1949

Fondation autonome
28 septembre: un arrêté fédéral fait de la Communauté de travail une fondation autonome de droit public. La division «Armée» est dissoute.

1952

Fonds national
Création du Fonds national suisse pour la recherche scientifique.

1964

1er rapport
La Fondation publie son premier annuaire, qui résume les activités de Pro Helvetia et constitue une source d’information pour les parlementaires et le public.

1965

Loi Pro Helvetia
17 décembre: la Confédération fixe l’organisation et les tâches de Pro Helvetia dans une loi:

  • maintenir le patrimoine spirituel de la Suisse et préserver les caractères originaux de sa culture
  • encourager en Suisse les créations de l’esprit
  • promouvoir les échanges culturels entre les différentes régions linguistiques et milieux culturels de Suisse
  • entretenir les relations culturelles avec l’étranger.
PH Expo 1964
PH Expo 1964

1969

Commission Clottu
Le Département fédéral de l’Intérieur instaure une commission, présidée par Gaston Clottu et chargée d’examiner la situation de l’offre culturelle en Suisse.

1971

Autour du globe
Avec l’exposition «La Suisse présente la Suisse» à Dakar, au Sénégal, Pro Helvetia soutient pour la première fois un grand projet sur le continent africain. Jusque-là, la Fondation avait surtout encouragé des projets aux États-Unis et en Europe, elle étend désormais son rayon d’action au monde entier.

1975

Rapport Clottu
Pour la première fois dans l’histoire de ses activités à l’étranger, Pro Helvetia met sur pied un cycle de manifestations de plusieurs mois intitulé «Espace». Dans les locaux parisiens mis à disposition par l’Office suisse du tourisme se déroulent des expositions et des soirées théâtrales, cinématographiques ou musicales. C’est également la première fois qu’un grand projet est organisé sans la participation des représentations diplomatiques.

La Commission Clottu publie son rapport final: cinq cents pages sur la situation de l’offre culturelle en Suisse. Il recommande d’ancrer un article culturel dans la Constitution fédérale et de répartir les affaires culturelles entre différentes administrations, ce qui conduit à la création de l’Office des affaires culturelles (aujourd’hui: Office fédéral de la culture OFC) en 1978. Par ailleurs, il suggère d’intensifier les échanges culturels à l’intérieur de la Suisse et avec l’étranger.

10 ans du CCS Paris, 1995
10 ans du CCS Paris, 1995

1985

À Paris
Ouverture du Centre Culturel Suisse. Sa création et l’achat du vénérable Hôtel Poussepin, dans le quartier du Marais, sont précédés d’une longue controverse opposant le Conseil de fondation et le Conseil fédéral, ou plus exactement le Département fédéral de l’intérieur DFI. Lancée par le magazine suisse romand «L’Hebdo», la collecte de signatures qui s’accompagnait d’un appel aux dons finit par en imposer l’acquisition.

 

Passages
Lancement de «Passages». Conçu au départ pour l’étranger, le magazine culturel paraît d’abord en allemand et en français, puis à partir du quatrième numéro, également en anglais.

PH Passages

1986

À New YorkPH New York
Ouverture du Swiss Institute SINY.
Une votation populaire rejette aussi bien «l’initiative en faveur de la culture» (demandant qu’un pour cent du budget annuel global de la Confédération soit voué à l’encouragement de la culture) que le contre-projet du Conseil fédéral.

1988

Au Caire
Ouverture de la première antenne de Pro Helvetia au Caire en Égypte.
Un premier Règlement sur les subventions fixe les activités principales de la Fondation: soutien sur requêtes à des projets culturels individuels et initiatives culturelles propres de la Fondation, les programmes. À titre d’exemples, citons «Gallerie 57 / 34.6 km» (2001– 2007), centré sur les chantiers des NLFA ou «echos» (2006 – 2008), un programme de deux ans visant à jeter un pont entre innovation et tradition dans la culture populaire.

PH Kairo Da Motus

1989

À Berne
L’Office des affaires culturelles se voit adjoindre le Musée national suisse et la Bibliothèque nationale, et devient OFC. Il a pour tâche de coordonner les activités culturelles jusque-là dirigées par le DFI.

1991

En Europe de l’Est
Après la chute du rideau de fer, Pro Helvetia reprend les bureaux ouverts par la Direction du développement et de la coopération DDC en Europe centrale et orientale.

1992

À Genève
Ouverture de l’Antenne Romande.

1997PH Milano

À Milan
Ouverture du Centro Culturale Svizzero.

1998

En ville du Cap
Ouverture de l’antenne sud-africaine.

1999

Promotion nationale
Création de Présence Suisse, chargée de promouvoir l’image de la Suisse à l’étranger et de mettre en oeuvre la stratégie de communication internationale du Conseil fédéral.

2002

Hauteur des subsides
1er janvier: Pro Helvetia engage une réforme de fond; entre autres, le Secrétariat voit son autonomie élargie et peut désormais décider lui-même des requêtes allant jusqu’à CHF 20 000, contre CHF 5000 auparavant.

2004

L’affaire Hirschhorn
Déclenchée par l’exposition «Swiss-Swiss Democracy» de l’artiste Thomas Hirschhorn au Centre culturel suisse de Paris, l’affaire Hirschhorn a certes pour effet de réduire d’un million le budget 2004 de Pro Helvetia, mais l’évaluation du Contrôle parlementaire de l’administration à laquelle elle donne lieu conclut en faveur de la Fondation.
Par sa nouvelle stratégie de l’étranger, Pro Helvetia se conforme au principe des espaces culturels: Russie / Sibérie; Chine; Inde et Asie du Sud- Est; Océanie; Afrique; espace arabe / nord-africain; Amérique du Nord; Amérique latine. À l’exception de l’Océanie, elle projette, sur le long terme, d’ouvrir une antenne dans chacun des espaces nommés.

2005

À Rome
L’Istituto Svizzero obtient le statut d’institut partenaire de Pro Helvetia.
Au terme de dix années de développement des échanges culturels en Europe centrale et orientale, l’antenne de Cracovie est déplacée à Varsovie; Bratislava, Prague et Budapest sont fermées.

2007

À New Delhi
Ouverture d’une antenne en Inde, et fermeture de l’antenne romande de Genève.

PH New Delhi

2009

Première loi sur l’encouragement de la culture
11 décembre: le Parlement adopte la première loi de Suisse sur la culture. Tous les quatre ans un «message relatif à l’ensemble de l’encouragement de la culture par la Confédération» (Message culture) sera soumis à l’Assemblée fédérale: il fixera la politique culturelle de la Confédération et les moyens financiers qui lui sont alloués. Pro Helvetia en fait partie. Simultanément, une réforme de la Fondation lui confie des tâches supplémentaires.
Mise en ligne cette année-là du portail électronique «myprohelvetia».

2010

À Shanghai
Ouverture de l’antenne chinoise.

PH China

2012

1er Message culture
Janvier 2012: entrée en vigueur de la Loi sur l’encouragement de la culture et du premier Message culture. Prenant le relais de l’OFC, Pro Helvetia assume de nouvelles tâches: encouragement de la relève, médiation culturelle, biennales d’art et présentations suisses aux foires internationales du livre. En contrepartie, elle se retire de la promotion du cinéma suisse et du soutien à l’édition, qui vont à l’OFC. Février: l’antenne sud-africaine déménage du Cap à Johannesburg.

2013

Adieu à Varsovie
Fermeture de l’antenne polonaise. Comme pour d’autres membres de l’Union européenne, Pro Helvetia traitera les projets culturels provenant d’Europe centrale et orientale directement de son secrétariat de Zurich.

2015

2e Message culture
Le Parlement adopte un nouveau Message culture pour la période 2016 – 2020. Dans les cinq années qui viennent, Pro Helvetia veut renforcer, entre autres, la création artistique de Suisse, la cohésion nationale et la présence de la culture suisse à l’étranger. Il est également prévu d’encourager de façon coordonnée le design et les médias numériques interactifs, sous l’intitulé «Culture et économie».

2016

Lancement du point fort Culture et économie
Une initiative de Pro Helvetia pour le développement d’un modèle d’encouragement destiné aux projets réalisés dans les domaines Design et Médias interactifs. L’accent est placé sur la qualité ainsi que le potentiel commercial et d’innovation.

2017

Ouverture du bureau à Moscou
Le 25 février, Pro Helvetia ouvre son nouveau bureau de liaison au centre de Moscou. Elle marque l’aboutissement du programme d’échanges culturels entre la Suisse et la Russie «Swiss Made in Russia», lancé en 2012.

Démarrage du programme COINCIDENCIA
COINCIDENCIA renforce l’échange culturel entre la Suisse et l’Amérique du Sud, tout en examinant le potentiel d’un futur bureau de liaison dans cette région.

2019

Transformation et inauguration
Suite à des travaux de rénovation en profondeur sur mandat de la ville de Zurich, la Fondation culturelle suisse réintègre ses quartiers dans le Haus zum Lindengarten.

Combles rénovées - Haus zum Lindengarten
Combles rénovées – Haus zum Lindengarten © Amt für Städtebau (Ville de Zurich), Juliet Haller