Nos bureaux et partenaires dans le monde

Arts visuels

Biennale Arte 2022 – Pavillon suisse

Alexandre Babel, Latifa Echakhch, Francesco Stocchi / © Sébastien Agnetti

Curateurs :
Alexandre Babel et Francesco Stocchi

Mandant :

Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia – Madeleine Schuppli

Sandi Paucic,
Gestionnaire de projet

Rachele Giudici Legittimo,
Project manager

Conférence de presse :
mercredi 20 avril 2022 à 14h30

Inauguration du pavillon :
jeudi 21 avril 2022 à 14h30

Journées de préouverture :
du 20 au 22 avril 2022

Exposition :
du 23 avril au 27 novembre 2022

Lieu :
Pavillon suisse, Giardini della Biennale di Venezia


Informations complémentaires et images de presse disponibles sous biennials.ch

« The Concert »

Texte du projet

Texte complémentaire sur l’exposition par Latifa Echakhch, Alexandre Babel et Francesco Stocchi ici.

Contacts médias

Suisse : Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia

Contact francophone
Ines Flammarion
T +41 44 267 71 27
iflammarion@prohelvetia.ch

Contact germanophone et italophone
Silvia Fleck
T +41 44 267 71 13
sfleck@prohelvetia.ch

International : Pickles PR

Zeynep Seyhun
M +39 349 003 4359
zeynep@picklespr.com

Caroline Widmer
M +44 (0) 790 884 8075
caroline@picklespr.com

Pavillon suisse de la 59e Exposition internationale d’art – La Biennale di Venezia

Au commencement était la fin : le cycle de la vie par Latifa Echakhch

De sombres vestiges d’œuvres remplissent le premier espace, où les visiteuses et les visiteurs s’embarquent dans un voyage à remonter le temps. Dans chacune des pièces, l’atmosphère change – le temps progresse à rebours, du plein jour au crépuscule de la veille. Inspirées par l’art et les coutumes populaires, les sculptures qui remplissent l’espace tout entier sont progressivement enveloppées par l’obscurité croissante.

Ce sont des scènes à caractère transitoire, cathartique, avec lesquelles l’artiste Latifa Echakhch captive le public du Pavillon suisse à la Biennale de Venise de cette année – des scènes qui mettent en lumière le cycle de la vie de manière aussi stratifiée que complexe. La plupart des matériaux utilisés pour l’exposition sont eux-même partie intégrante de cette notion de transformation, puisque recyclés de biennales précédentes.

Entre rituel et rythme

L’artiste Latifa Echakhch, qui réside en Suisse, évoque ces feux rituels inhérents à de nombreuses cultures : par exemple, les poupées de pailles incendiées à l’occasion des feux de la Saint-Jean pour conjurer les démons et les maladies durant la période du solstice ou à la fin du mois de juin. Ou encore, en Suisse, l’immolation du « Böögg » sur la Sechseläutenplatz de Zürich pour marquer la fin de l’hiver. Dans la roue implacable du temps, le feu représente à la fois le début et la fin.

Latifa Echakhch entre en dialogue avec le bâtiment créé par Bruno Giacometti en 1951. Elle revisite son programme architectural et s’approprie l’intégralité des espaces, leur relation à la lumière ainsi que les différents sons qui en émergent.

L’exposition joue sur les harmonies et les dissonances, sur les émotions contradictoires de l’espoir, de la plénitude et de la disparition. Les sculptures font partie d’une expérience orchestrée et englobante, une proposition rythmique et spatiale permettant au public d’accéder à une perception plus complète du temps et de leurs propres corps.

« Nous souhaitons que les visiteuses et visiteurs quittent l’exposition avec la sensation d’avoir assisté à un concert. Que ce rythme, ces fragments de mémoire résonnent encore », explique Latifa Echakhch.

« Chaque Biennale est une éruption de brio artistique. Et telle une vague, elle ne cesse de culminer en une grandeur cathartique pour ensuite se retirer et se dissoudre en un paysage désert, peuplé de bâtiments abandonnés ». Latifa Echakhch questionne si l’art – comme la musique – ne commencent-ils pas à exister vraiment une fois que le silence se fait et que le vide reprend place.

____________________

La Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia a désigné l’artiste Latifa Echakhch pour représenter la Suisse à la Biennale d’art 2022. Le projet « The Concert » a été conçu et réalisé en collaboration avec le percussionniste et compositeur Alexandre Babel ainsi que le commissaire d’exposition Francesco Stocchi. L’exposition sera accompagnée d’un disque vinyle et d’un livre faisant écho aux discussions qui ont guidé le projet. Le livre présente des documents d’archive, des interviews ainsi que des textes critiques, avec des considérations théoriques sur le son, le rythme ainsi que l’idée d’une œuvre d’art totale. En tant que tel, il constituera une dimension supplémentaire pour comprendre l’exposition.

Biographies

Latifa Echakhch

Née en 1974 à El Khnansa (Maroc), Latifa Echakhch vit et travaille à Vevey et à Martigny (Suisse). Poussée par le besoin de contrer certains préjugés, contradictions et stéréotypes propres à notre société, elle isole et interroge les matériaux qui symbolisent ces phénomènes.

En 2007, Latifa Echakhch a présenté sa première exposition solo intitulée À chaque stencil une révolution au Magasin de Grenoble. Depuis, les travaux de l’artiste ont été exposés dans le monde entier à l’occasion de nombreuses expositions solo : Kunsthaus Zurich, Centre Pompidou à Paris, Nouveau musée national de Monaco, Fondazione Memmo à Rome, KIOSK à Gand, macLYON a Lyon, Hammer Museum à Los Angeles, Portikus à Francfort, Columbus Museum of Art à Ohio, MACBA à Barcelona, FRI ART à Fribourg, Frac Champagne-Ardenne à Reims, Swiss Institute à New York, Tate Modern à Londres, Le Magasin à Grenoble, ainsi que dans le cadre d’expositions de groupe. Ils ont également été présentés à la Biennale d’Istanbul, la 54e Biennale de Venise, la 11e Biennale de Sharjah, la Biennale Art Focus de Jérusalem ainsi que Manifesta 7 à Bolzane.

Latifa Echakhch s’est vu remettre le Prix Marcel Duchamp en 2013. Alfred Pacquement, alors directeur du Centre Pompidou et président jury, a décrit l’artiste en ces termes : « Son œuvre entre surréalisme et conceptualisme questionne avec économie et précision l’importance des symboles et traduit la fragilité du modernisme. »

En 2015, Echakhch a présenté Screen Shot au Museum Haus Konstruktiv, Zurich, et a reçu le Zurich Art Prize.

Alexandre Babel

Né à Genève en 1980, Alexander Babel vit à Berlin et Genève.

En tant que percussionniste, compositeur et curateur, Alexandre Babel est considéré comme une sommité dans le domaine de la scène musicale expérimentale, ainsi que de l’interprétation du répertoire du XXe et XXIe siècle. Ses projets novateurs repoussent les frontières des conventions musicales, déroutant les attentes du public à travers leur conquête de contextes nouveaux. Alexandre Babel a travaillé avec de nombreux groupes et artistes, dont l’ensemble KNM Berlin, l’ensemble Musikfabrik, le groupe de noise Sudden Infant, Anthony Pateras, Caspar Brötzmann, Carol Robinson, Tristan Perich, Félicia Atkinson et Ryoji Ikeda.

En 2020, le festival monographique Les Amplitudes à La Chaux-de-Fonds a rendu hommage au travail de compositeur et de curateur d’Alexandre Babel. Lauréat du Prix suisse de musique en 2021, il est actuellement directeur artistique du collectif de percussion contemporaine Eklekto.

Francesco Stocchi

Né à Rome en 1975 in Rome, Francesco Stocchi vit à Amsterdam.

Francesco Stocchi est curateur d’art moderne et contemporain au Museum Boijmans Van Beuningen à Rotterdam, et responsable de la programmation artistique de la Fondazione Memmo à Rome. Il est également l’éditeur d’Il Foglio Arte, le supplément artistique du quotidien italien Il Foglio. En 2021, il a été l’organisateur conjoint de la 34e édition de la Biennale de São Paulo, intitulée Faz escuro mas eu canto. Il a organisé plusieurs expositions solo ainsi que des rétrospectives d’artistes tels que Richard Serra, Lygia Pape, Medardo Rosso, Kerstin Brätsch, Oscar Murillo, Pino Pascali, Sol Lewitt, Giulio Paolini, Co Westerik, Gelatin, Alexandra Domanovic et Raphael Hefti. Il a également réalisé des expositions thématiques telles que Brancusi-Rosso-Man Ray Framing Sculptures et Minimal Myth. Stocchi a réalisé des expositions de groupe expérimentales, dont Boijmans-AHOY, une exposition drive-in, Le miroir vivant (organisé avec Alex da Corte) et Balcony Rooms. En outre, il a publié de nombreux catalogues d’exposition ainsi que des monographies d’artistes. Stocchi enseigne au NABA (New Academy of Fine Arts, Milan), écrit et propose régulièrement des conférences sur l’art et la culture visuelle.

Plus d’informations

Soutien principal

Dvir
kamel mennour
kaufmann repetto
Pace

Latifa Echakhch est co-représentée par la Dvir Gallery, kamel mennour, kaufmann repetto et Pace Gallery. Avant l’exposition au Pavillon suisse de la 59e Exposition internationale d’art – La Biennale de Venise, Latifa Echakhch ouvrira deux expositions personnelles chez kamel mennour à Paris, Titre: Horizon, 8 février – 26 mars 2022, et à la Pace Gallery de Londres, Titre, 25 mars – 4 mai 2022.

Photo: © Sébastien Agnetti