Nos bureaux et partenaires dans le monde

Non classé

Échanges culturels avec la Chine, bilan intermédiaire

 

Publié le 12.10.2009

 

La Fondation suisse pour la culture a lancé son programme «Swiss Chinese Cultural Explorations» en automne 2008. Elle a donc derrière elle un an de collaboration intensive avec l’Empire du Milieu. Maintenant que le programme arrive à maturité en République populaire, un festival sur la Chine se profile en Suisse. À l’enseigne de «Culturescapes 2010», il prévoit de présenter dans tout le pays des réalisations tirées du programme ainsi qu’une trentaine de productions chinoises. Le festival bénéficie du partenariat et du soutien à la fois du Ministère chinois de la culture et de quatre régions de Chine.

Un an après son lancement en automne 2008, le programme «Swiss Chinese Cultural Explorations» a atteint son rythme de croisière. Doté d’un budget de 3 millions de francs, il veut tisser des partenariats durables avec des programmateurs chinois et assurer aux artistes suisses un accès à la Chine. Il privilégie les coproductions sino-helvétiques.

Développement du programme en Chine

Les mois derniers ont vu la réalisation en Chine de dix projets allant du cinéma, de la littérature et des arts visuels au théâtre, à la danse, et jusqu’aux raffinements de la table. «Synthetic Times», par exemple, une grande exposition d’art électronique à forte participation suisse, a attiré l’été passé 60.000 visiteurs à Pékin. «Le Songe d’une nuit d’été», monté par le Zürcher Ballett, des acteurs chinois et l’Orchestre symphonique de Shanghai, a lui aussi obtenu un excellent accueil de la part du public chinois puisque toutes les représentations ont fait salle comble.
Cet automne, ce ne sont pas moins de 14 autres productions qui se présentent en Chine. «Multilingual Typography» se consacre aux caractères de l’écriture. Les salles des festivals de Pékin et Nankin projettent des films suisses. L’exposition de design «Criss & Cross» est en tournée à travers quatre villes. «Crosslink Music» entrelace les cultures des deux pays. «Timelapse» est une rencontre entre artistes chinois et suisses dans le domaine des médias. Quinze productions ultérieures verront encore le jour en Chine au cours du premier semestre 2010, avant que ce programme aux multiples facettes ne se conclue avec l’ouverture de l’Exposition universelle de Shanghai à la fin mai 2010.

Une deuxième étape en Suisse

Pro Helvetia ne voulait pas réserver son programme au seul public de la lointaine Chine, la Suisse devait elle aussi en découvrir les nombreuses créations. Un accord conclu avec le festival «Culturescapes» de Bâle lui permettra de réaliser ce souhait. La collaboration mise sur pied permettra en automne 2010 de présenter dans toute la Suisse 15 coproductions et plus de 30 réalisations chinoises. On pourra ainsi entre autres voir le projet théâtral «The Mystery» axé sur les vertus curatives des deux cultures et entendre le groupe de jazz sino-helvétique «Sonic Calligraphy».

Les partenaires chinois montrent beaucoup d’intérêt pour cette collaboration. Preuve en est que le Ministère chinois de la culture et quatre régions de Chine se sont engagés dans le projet comme partenaires officiels. La partie chinoise confirme par ailleurs sa volonté croissante d’encourager les activités culturelles contemporaines en Chine en prenant en charge les frais de voyage, transport du matériel, visas et assurance pour les artistes chinois.

Potentialités et limites de la collaboration

En Chine, le monde culturel contemporain a connu ces dernières années une évolution vertigineuse. Les espaces ou centres culturels ainsi que les festivals se multiplient et les acteurs culturels chinois font montre d’un grand intérêt pour l’expérimentation et les nouvelles formes d’art. Cet environnement dynamique profite également à la créativité des artistes suisses. Tout semble possible, à condition de faire preuve de flexibilité. Les procédures d’autorisation des manifestations exigent beaucoup d’efforts et la question de la faisabilité et de la censure se pose en regard de chaque projet. Il faut également sans cesse surmonter des difficultés d’ordre organisationnel. Comme l’explique Angela Wettstein, responsable du programme, «les équipes de Pro Helvetia à Shanghai et Pékin se révèlent indispensables au développement de nouvelles relations. Elles soutiennent les acteurs culturels suisses dans leurs recherches et les conseillent en cas de malentendus culturels et linguistiques. Elles assurent nos relations avec nos partenaires chinois, interviennent dans les cas difficiles et aident à résoudre les crises.»

À la fin de cette année, le Conseil de fondation décidera si, après l’été 2010, il maintient le bureau mis sur pied pour le programme comme permanence de Pro Helvetia en Chine.

Vous trouverez de plus amples informations quant au programme sur la page Internet de Pro Helvetia: www.prohelvetia.ch/Swiss-Chinese-Explorations

Informations aux médias: Sabina Schwarzenbach, Cheffe Communication, tél. +41 44 267 71 39, fax +41 44 267 71 06, sschwarzenbach@prohelvetia.ch

Communiqué de presse de la Fondation suisse pour la culture
Pro Helvetia, 12 octobre 2009