Nos bureaux et partenaires dans le monde

Non classé

Professionnalisation de la culture – chance ou menace?

Publié le 14.04.2005

Un symposium de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, du Centre d’études de gestion culturelle de l’Université de Bâle et du Kunstmuseum du Canton de Thurgovie

Les 26 et 27 mai se déroulera à la Chartreuse d’Ittingen (TG) une réflexion publique sur le profond changement du système de valeurs que l’on peut observer depuis une vingtaine d’années dans le domaine culturel. Alors que les années soixante-dix et quatre-vingt réclamaient une démocratisation des champs d’action culturels, les artistes, médiateurs et organisateurs culturels sont aujourd’hui confrontés aux exigences du professionnalisme et de la rentabilité. Le symposium posera la question des opportunités et des dangers de cette évolution. Ces deux journées de réflexion ont été initiées par Pro Helvetia, qui entendait mettre ainsi un point final à son projet Culturemobile.

Le symposium «Professionnalisation de la culture – chance ou menace?» s’inscrit dans le cadre des activités de Pro Helvetia liées à Culturemobile, qui se sont interrompues fin 2004, vingt ans après leur lancement. Créé en 1984 par Pro Helvetia pour répondre à l’exigence de démocratisation de la culture, Culturemobile devait permettre aux groupes les plus divers de la population de réaliser leurs propres projets culturels et d’encourager la création culturelle dans les régions périphériques.

Le nombre de manifestations culturelles a fortement augmenté au cours des dernières années. Multipliant les projets et développant sans cesse de nouvelles formes d’art et de manifestations, une nouvelle génération d’organisateurs et d’artistes cherche à attirer de nouveaux publics. L’augmentation de l’offre fait que l’on se dispute plus âprement la ressource limitée qu’est l’attention. En même temps, l’économisation ambiante exige de la culture, comme de tant d’autres domaines, plus d’efficacité et de transparence, une plus grande utilité sociale, un «retour sur investissement» plus important. La qualité culturelle n’est plus un gage de succès suffisant: à tous les niveaux du culturel doit se manifester un professionnalisme accru. Depuis quelques années, des centres de formation, comme l’Université de Bâle, ont réagi à cette demande grandissante de savoir-faire professionnel et mis sur pied des cycles de formation à la gestion culturelle, ce qui ne fait qu’accroître l’obligation de se professionnaliser.

Le symposium «Professionnalisation de la culture – chance ou menace?» analyse les mutations que l’on peut observer dans le champ culturel et les soumet à discussion. La démocratisation de la culture a-t-elle fait son temps ou recèle-t-elle, au contraire, la clé d’une nouvelle ouverture? L’obligation de professionnaliser la culture détruit-elle la liberté d’expression ou lui offre-t-elle de nouvelles sphères d’activité? Telles sont les questions dont on débattra les 26 et 27 mai à Ittingen, l’objectif étant d’esquisser de nouvelles perspectives et stratégies d’action pour les divers acteurs de la vie culturelle.

Pour plus d’informations: www.kunstmuseum.ch/symposium/

Informations aux médias: Sabina Schwarzenbach, Communication,

T: +41 44 267 71 39, F: + 41 44 267 71 06, E: sschwarzenbach@pro-helvetia.ch